skip to Main Content

Indemnités de licenciement CESU suite au décès de l’employeur : comment les calculer ?

Un de vos proches vient de mourir malheureusement et vous devez gérer le licenciement de ses employés CESU après son décès. Après avoir envoyé la lettre de licenciement à son employée de maison, vous vous interrogez : comment calculer les indemnités de licenciement CESU en cas de décès de l’employeur ? Est-ce un calcul particulier ? Comment retrouver les informations dont vous avez besoin ? Nos conseils…

Comment calculer le montant des indemnités de licenciement CESU en cas de décès de l’employeur ?

Les indemnités de licenciement CESU en cas de décès de l’employeur se calculent selon la même formule que des indemnités de licenciement CESU classiques :

  • 1/4 de mois de salaire brut moyen par année d’ancienneté en deça de 10 ans
  • 1/3 de mois de salaire brut moyen par année d’ancienneté au-delà de 10 ans d’ancienneté

Un décès, c’est éprouvant !

Ne vous rajoutez pas de stress : calculez aisément, en 3 clics, les indemnités de licenciement et de préavis dues suite au décès de l’employeur CESU grâce à notre calculateur de solde de tout compte exclusif.

Il est inclus dans toutes nos formules Fin de contrat

Mais des difficultés particulières se posent au CESU après le décès de l’employeur :

  • il n’est pas toujours facile de retrouver la date d’embauche
  • l’ancienneté est parfois difficile à calculer
  • il est souvent compliqué de trouver les salaires moyens versés lors des 3 ou 12 derniers mois
  • le salaire a souvent varié au fil du temps, parfois à la hausse les derniers mois car l’employeur avait besoin de davantage d’aide avant son décès, du fait d’une maladie par exemple
  • ces indemnités sont souvent très élevées, du fait d’une ancienneté de l’employée qui est souvent importante. Or les ayant-droits n’ont pas forcément de quoi faire face à ces dépenses

De quelles informations avez-vous besoin pour calculer le montant des indemnités de licenciement au CESU après un décès ? Où les trouver ?

Pour calculer les indemnités de licenciement CESU après le décès de l’employeur, et plus généralement le solde de tout compte du salarié CESU, il faudra aux ayant-droit un certain nombre d’informations, parfois difficiles à rassembler.

Voici ce qu’il faut, et des conseils pour trouver ces informations… ou s’en passer 😉 :

  • la date d’embauche de la salariée (date de son 1er jour de travail chez l’employeur décédé)
    Pour trouver cette information il faut essayer de retrouver la date de la 1ere déclaration faite au chèque emploi service ou CESU.
    Vous pouvez aussi demander à l’employée elle-même si elle peut vous donner cette information, fiche de paie à l’appui (un salarié doit conserver ses fiches de paie jusqu’à la retraite). Il est dans son intérêt de vous donner cette date car le montant des indemnités de licenciement CESU en cas de décès de l’employeur, que vous devez lui verser, en dépend !
    Si vous n’avez que le mois d’embauche, et non le jour exact, considérez qu’elle a été embauchée le 1er jour du mois
  • les salaires BRUTS des 12 mois précédant le décès de l’employeur CESU
    Pour ces salaires, si vous ne retrouvez pas les attestations CESU dans les papiers du défunt, vous pouvez contacter le centre CESU, qui conserve les salaires des 3 dernières années calendaires, en plus de celui de l’année courante.
    Vous pouvez aussi demander à l’employé(e) de vous fournir une copie de ses fiches de paie des 12 derniers mois
  • le salaire horaire versé
    De même que pour les salaires mensuels, deux solutions : le CESU ou l’employé(e)
  • les dates des absences de l’employé(e) depuis le début du contrat, et les motifs de ses absences
    Une règle d’or pour cette information : soit vous avez une trace écrite justifiant l’absence (ex : arrêt de travail, demande écrite de congés sans solde, etc) soit vous considérez que l’employé(e) n’a pas été absent(e)
  • les jours et heures habituelles de travail s’il y en a
    Une seule solution pour cette information, si vous ne l’avez pas : demandez directement au salarié

Pas le temps et pas envie de vous plonger dans le droit du travail pour faire les démarches après le décès d’un proche ?

Laissez-vous guider pas à pas dans nos formules Fin de contrat, et calculez facilement les indemnités dues

Comment calculer le montant de l’indemnité de licenciement après le décès de l’employeur CESU ?

Il y a 3 étapes pour calculer le montant de l’indemnité de licenciement en cas de décès au CESU

Etape 1 : calculer l’ancienneté du salarié à domicile

L’ancienneté se calcule comme suit :

  1. On calcule la date théorique de fin de préavis, car même s’il n’est pas effectué par définition, le préavis compte dans l’ancienneté !
    La date théorique de fin de préavis est la date à laquelle se serait terminé le préavis s’il avait été effectué par le salarié CESU.
    C’est donc : date du décès de l’employeur CESU + durée du préavis (1 semaine, un mois ou deux mois suivant les cas)
  2. On en déduit le nombre de mois qui se sont écoulés entre l’embauche et la date théorique de fin de préavis
  3. On soustrait de ce nombre le nombre de mois d’absence
    Et ce uniquement si ces absences ne sont pas dues à des congés, à un accident du travail, à une maladie professionnelle, à un congé maternité ou à des congés pour événement personnel.. Si l’absence est due à un congé parental, on en soustrait la moitié
  4. On arrondit le nombre de mois ainsi trouvé à l’entier inférieur
  5. On le convertit en années

Exemple : votre papa malheureusement décédé le 8 novembre 2018 employait une aide ménagère depuis le 24 Septembre 2004. Cette salariée a été absente 2 mois en 2017 suite à un problème de santé. La date théorique de fin de préavis est donc le 7 janvier 2019 (deux mois de préavis). Son ancienneté est de 14 ans et 9 mois – 2 mois d’absence = 14 ans et 7 mois

Etape 2 : en déduire le nombre de mois de salaire dus

On convertit ensuite cette ancienneté en mois de salaire dus au titre des indemnités de licenciement CESU en cas de décès de l’employeur, selon la formule suivante :

  • 1/4 de mois de salaire brut moyen par année d’ancienneté en deça de 10 ans
  • 1/3 de mois de salaire brut moyen par année d’ancienneté au-delà de 10 ans d’ancienneté

Exemple : l’employée de votre papa a donc 14 ans et 7 mois d’ancienneté. L’indemnité de licenciement due est donc 10 ans x 1/4 + 4 ans et 7 mois x 1/3 = 4,028 mois de salaires dus

Etape 3 : calculer le salaire brut moyen

A l’aide des montants des salaires BRUTS récupérés auprès du CESU ou de l’employée, calculez ensuite le salaire brut moyen à utiliser :

  • tout d’abord, si un des salaires des 12 derniers mois est incomplet suite à une absence ou des congés de la salariée, calculez avec son aide éventuelle le salaire qui aurait été versé sans l’absence ou les congés
  • puis additionnez les salaires bruts des 12 derniers mois et divisez par 12
  • puis additionnez les salaires bruts des 3 derniers mois complets précédant le décès de l’employeur CESU et divisez par 3
  • conservez le montant le plus élevé des deux

Exemple : l’employée de votre papa avait des horaires irréguliers mais son salaire brut moyen des 3 derniers mois, plus favorable que celui des 12 derniers, est de 720 € / 3 = 240 € bruts

Etape 4 : calculer les indemnités de licenciement CESU en cas de décès de l’employeur

Pour cela, multipliez le nombre de mois de salaire dus par le salaire mensuel brut moyen !

Ces indemnités sont calculées ET versées en BRUT, elles ne sont pas soumises à charges sociales mais ne permettent pas de bénéficier du crédit d’impôts « Emploi d’un salarié à domicile »

Exemple : les indemnités de licenciement dues après le décès de votre père sont donc de 4,028 mois x 240 € = 967 €

Un cas particulier : que faire quand les salaires ont beaucoup varié, notamment en fin de contrat ?

C’est une situation fréquente : les mois précédant son décès, l’employeur CESU malade a considérablement réduit ou augmenté le nombre d’heures de l’employée de maison, par exemple parce qu’elle employait une aide à domicile ou était hospitalisée et avait donc moins besoin de sa femme de ménage ou au contraire parce qu’elle avait besoin d’aide au quotidien pour la toilette, les repas, etc.

Problème : de ce fait, les salaires des 3 ou 12 derniers mois ne sont pas représentatifs. Et l’employée se retrouve alors lésée ou au contraire considérablement favorisée par le calcul des indemnités de licenciement CESU en cas de décès de l’employeur.

Que faire dans ce cas ?

Si l’employé(e) de maison a déjà été employée à temps plein, l’indemnité de licenciement suite au décès de l’employeur se calcule au pro-rata

Et oui : si la salariée de l’employeur CESU décédée a déjà été à temps plein (40 heures hebdomadaires ou plus), même pendant une courte période, la loi est claire. L’indemnité de licenciement se calcule dans ce cas au pro-rata de chaque période.

Il existe dans ce cas plusieurs méthodes pour calculer l’indemnité de licenciement CESU suite au décès de l’employeur :

1) calculer un « salaire mensuel brut moyen reconstitué » en faisant le calcul suivant : (horaire mensuel de chaque période x nombre de mois ou d’années de chaque période)/ancienneté totale en mois ou en années x salaire horaire brut ACTUEL
Puis multiplier ce salaire mensuel par le nombre de mois de salaire dus au titre des indemnités de licenciement pour décès de l’employeur

Exemple : votre maman récemment décédée a employé pendant 15 ans une aide à domicile. Celle-ci a travaillé à mi-temps pendant 12 ans puis à temps plein, et était rémunérée 12 € bruts de l’heure les derniers mois. 
On calcule donc comme suit : le salaire mensuel brut moyen est [(87 h mensuelles x 12 ans) + (174 h x 3 ans) ] /15 ans x 12 € = 1252,8 €
Son ancienneté est de 15 ans donc vous lui devez 10 ans x 1/4 + 5 ans x 1/3 = 4,17 mois
Les indemnités de licenciement dues suite au décès de votre maman sont donc de 4,17 mois x 1252,8 € = 5220 €

2) calculer période par période le montant d’indemnités dues (en actualisant les salaires des années précédentes avec le salaire horaire actuel) en fonction de l’ancienneté à chaque époque. Puis les additionner

Exemple : votre maman récemment décédée a employé pendant 15 ans une aide à domicile, à mi-temps pendant 12 ans puis à temps plein, et était rémunérée 12 € bruts de l’heure les derniers mois. 
On calcule donc comme suit :

  • le salaire mensuel brut moyen pendant son mi-temps actualisé est de 87 h x 12 € = 1044 €
    Vous lui devez donc pour ces 12 ans : 1044 € x (10 ans x 1/4 + 2 ans x 1/3) = 3306 €
  • de même pour la période de temps plein vous lui devez 3 ans x 1/3 x 174 h x 12 € = 2088 €
  • soit au total 5394 € dus en indemnités de licenciement CESU suite au décès de l’employeur, votre maman

Ces deux méthodes donnent des résultats différents, plus ou moins favorables à la salariée suivant que le mi-temps a précédé le temps plein ou l’inverse… A vous de voir laquelle vous appliquez.

Si l’employée du défunt n’a jamais été à temps plein, la loi est plus floue

Malheureusement, la loi ne prévoit explicitement le calcul des indemnités de licenciement qu’en cas d’alternance de temps plein et de temps partiel. Le cas des temps partiel différents n’est pas encadré. On peut légitimement supposer que le même calcul trouve à s’appliquer mais malheureusement, en l’absence de confirmation d’un tribunal, la légalité de ce calcul ne peut pas être garantie…

Dans nos formules Fin de contrat, tous les outils et documents, et un mode d’emploi limpide, étape par étape, pour licencier suite au décès de l’employeur et calculer le montant des indemnités de licenciement

Guide  : 6 étapes pour une fin de contrat Zen (PDF)

6 chapitres clairs et concis qui vous permettront en quelques minutes de savoir tout ce qui est nécessaire sur la fin de contrat de votre garde à domicile, la procédure, le solde de tout compte, les documents de fin de contrat, etc.

Pas le temps de lire tous nos articles et conseils ?

Recevez
Le guide de l'embauche
du salarié à domicile (PDF)

Allez à l’essentiel en recevant gratuitement par email notre guide : 9 points à connaître pour savoir en quelques minutes tout ce qui est nécessaire sur l'embauche d'un(e) employé(e) à domicile.
Indiquez votre email.
 

   

En cliquant sur ce bouton, vous acceptez la Politique de confidentialité de ce site. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment (liens de désinscription présents dans tous les e-mails)

Alerte information

Pour ne rien rater des informations, des changements légaux, bénéficier des astuces et conseils des experts, recevez tous les mois la newsletter de Particulier Employeur Zen

   

En cliquant sur ce bouton, vous acceptez notre Politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment (liens de désinscription présents dans tous les e-mails)

Back To Top

Nos services

Libérez vous de la complexité de l’embauche, de la paie, des congés, de la fin de contrat...

Laissez vous guider pas à pas, en utilisant des outils automatiques et des modèles faciles à personnaliser
Si besoin, nos experts sont à vos côtés.


Espace privé

Accédez aux documents et outils de l'espace privé